Extrait d'une émission "Evasion" sur France 3. Une de mes plus belles rencontres humaines.

Par : Michel HUET | Durée : 3min 11sec | Postée : Il y a 2 ans | Chaîne : Vidéo de la semaine
Partager | Exporter | 120 vues
Notez
Bonjour cher Daniel,
 
Trois lustres au moins nous séparent de notre belle rencontre sur les Îles de la Madeleine. C’était à l’occasion du tournage d’une émission de la série « Evasion » pour France 3. J’étais l’auteur et l’animateur de cette série. Nous avions rendez-vous, entre autres, avec les blanchons et tes amis (es) madelinots.
 
Nous avions ensemble évoqué ta chanson « Mon île » que les habitants de l’archipel avaient identifiée comme étant, leur île. C’était très touchant, ce fut pour moi et pour toute l’équipe une belle aventure humaine.
 
C’est également sur cet archipel que j’ai écrit mon livre « Le plus petit feu du monde » (Editions du Rocher) qui fut un succès. J’avais été invité à une séquence de signatures rue Sainte-Catherine et j’avais expliqué pourquoi je prenais la défense des madelinots face à la campagne de dénigrement lancée par Brigitte Bardot.
 
Dans la foulée, invité par l’éditeur Henri RIVARD, j’avais participé à une collection consacrée à Félix LECLERC.
 
Depuis, j’ai écrit une autre série télévisée « Grandeur Nature » toujours pour France 3 et des documentaires, tous consacrés aux peuples qui sont en lutte partout sur la planète pour conserver leur cadre de vie.
 
Actuellement, j’ai rejoint le combat d’une petite population d’îliens perchée 100 m au-dessus de l’océan Pacifique sur son atoll soulevé unique au monde, MAKATEA dans l’archipel des Tuamotu. J'avais réalisé il y a 10 ans un film sur cet atoll exceptionnel.
Une société australienne, « SAS Avenir Makatea » a pour objectif de détruire cette « arche de Noé » pour en extraire du calcaire et surtout du phosphate. J'ai entendu l'appel au secours des habitants. Depuis, j’œuvre tous azimuts pour venir en aide à ces villageois. Ce projet d’exploitation serait non seulement une catastrophe pour la biodiversité et les habitants de Makatea, mais également pour les atolls des Tuamotu menacés par l’élévation du niveau marin, dont nous sommes les seuls responsables. Makatea avec ses 28 km2 est à la fois une bouée de sauvetage dans l’archipel des Tuamotu, mais également un château d’eau douce.
 
La force de ta chanson « Mon île », comme pour les madelinots pourrait j’en suis certain, éveillée la réflexion et attirer le regard sur cette catastrophe annoncée. J’aimerais en parler avec toi y compris en me déplaçant depuis la France.
 
Tu trouveras sur mon site « BIOSPHERE MH » diverses actions de mobilisation dont un film réalisé par des enfants de Vizille (berceau de la Révolution Française), consacré à Makatea et aux élèves de son école du bout du monde.
 
Tu trouveras sur ma page Face book de nombreuses informations et soutiens en particulier un échange avec Fabrice NICOLINO dans CHARLIE HEBDO.
 
Ceci est une sorte de bouteille à la mer, car je n’arrive pas à reprendre contact avec toi. J’ai confiance en la chance.
 
Avec mes sincères remerciements, je te prie d’accepter cher Daniel toutes mes amitiés.
 
Michel HUET